mes séances dans tous leurs états

L'homicide alimentaire

Comment mes choix alimentaires et mon stress au travail

peuvent me bousiller la vie en quelques mois !

Description d'une séance avec une femme de 45 ans environ ...

Depuis septembre 2016, elle a un surcroît d'activité dû à quelques départs en retraite non remplacés.... banal aujourd'hui non ?

Elle a une activité de hautes responsabilités et n'a que peu de marge d'erreurs admissibles.

Accumulation de décisions, nécessité d'être rapide/réactive ET sans se tromper SVP !! Cela devient compliqué. 

Beaucoup de questionnements la taraude, ainsi la nuit elle ne parvient plus à se reposer vraiment. Et puis .... "la petite dose de sucré" lui fait du bien, la rassure, active en elle une vague impression de plaisir dans son quotidien stressant.

Avant, elle ne connaissait pas ça. Avant, quand il y avait suffisamment de salariés pour accomplir le travail.

" Humains au rythme des machines, activez-vous ! Soyez rentables, obéissez et surtout ne soyez pas défectueux ni malades ! Taisez-vous, travaillez ou bien, moi système capitaliste tout puissant, je vous remplace. TOUT NATURELLEMENT."

Cette femme a pris du poids et c'est la raison de sa consultation. Je l'écoute attentivement, lui fais parcourir quelques épisodes bons et moins bons, mais de SA vie.

Cette femme a pris du poids parce qu'épuisée par un stress chronique, par un rythme toujours plus lourd sans temps de récupération suffisants, son esprit et son corps n'ont plus eu la capacité d'encaisser.

L'esprit critique (notamment en terme de choix alimentaires quotidiens) s'effrite en bribes de pensées reléguées à des plans arrières, parce que, devenant secondaires. Phénomène qui s'étend sur d'autres activités de vie.

Une descente lente et sûre est amorcée. Elle préfère dormir dès que  possible et manger vite fait ce qui tombe sous la main. Des aliments peu vitalisants qui remplissent  mais ne nourrissent pas. De l'eau peu biodisponible qui humidifie mais n'optimisant pas un bon fonctionnement de l'organisme.

En très bref, elle assure sa survie mais ne parvient plus à redonner de la vitalité.

Ce ne sont pas les calories qui assure votre vie. Ce sont les éléments vitalisant contenus dans une alimentation vivante et le sommeil de la nuit parce que à ces heures le corps se régénère et se détoxifie. On oublie de vous le dire parce que "nos grosses boîtes qui vendent des petites boîtes" ne tourneraient plus !

Soit !

Donc cette femme a heureusement réagi rapidement. Elle commençait à présenter des symptômes intestinaux, gastriques ... montrant la difficulté de l'organisme à faire face. Ses bilans sanguins restant très corrects et ne présentant pas de signes de pré-ménopause. 

C'est ok, nous commençons une reconversion alimentaire : un petit apprentissage nutritionnel pour qu'elle puisse faire de bons choix en magasins et pour un déjeuner sur le pouce, une nouvelle organisation au quotidien et budgétaire, un éveil à son intuition/à son fort intérieur. D'ici quelques mois, elle sera parfaitement autonome quant à son alimentation VIVANTE cette fois ! et en forme, sommeil et poids retrouvés puisque ceux-ci en sont les bénéfices secondaires.

L'un ET l'autre, PAS l'un OU l'autre.

Aliment + médicament = disparition des troubles profonds.

ALIMENTATION VIVANTE qui "regarde"toutes les strates de déploiement de l'arbre de l'homme.

Description de séance avec un homme d'environ 50 ans.

Il vient me voir alors qu'il présente des signes caractéristiques d'un organisme vieillissant certes, mais dans un inconfort prématuré.

Il n'a pas vraiment "d'éducation" alimentaire. Ceci n'est pas péjoratif, il n'a jamais été question dans son entourage de santé par l'alimentation tout simplement et comme dans beaucoup de foyers. Tout le monde n'est pas passionné par le sujet je l'entends bien.

Par contre , il est fort question de se faire plaisir avec les aliments et si possible, de qualités (local par exemple : viandes, fromages, lait sur les marchés du coin).

Il mange beaucoup de sucres aux repas mais ne grignote pas. La familles des sucres est vaste (des féculents et pains au sucre en ajout en passant par les fruits puis confiseries, biscuits ...). Même un aliment dit "sain" peu contenir pas mal de sucre. Tiens ! la baguette par exemple ou les corns flakes natures ou le jus d'orange ... eh bien oui !  ce sont des barres de sucre que tout le monde pense bons pour notre santé. Trop de sucres déséquilibrent les facteurs de maintient de la santé.

Cet homme présente aujourd'hui un "terrain" fragilisé (peu de sommeil, essoufflements), inflammé (articulations), hypersensible (troubles ORL répétitifs).

Même si ces troubles chroniques ne tiennent pas QUE d'une alimentation mal adaptée, il n'empêche que celle-ci entretient voir empire ces états. Parfois, elle en est l'origine.

N'oubliez pas que nous mangeons au moins trois fois par jour et que nous devenons ce que nous mangeons.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire, une alimentation VIVANTE judicieusement recalée peu tout à fait "récupérer" un terrain affaibli au même titre que de bons traitements médicamenteux JUDICIEUSEMENT prescrits ! 

L'alimentation est le médicament de fond (régulateur) alors que le médicament est le "pansement" qui permet de soulager/d'aider à corriger les déséquilibres profonds. N'oubliez pas cela.

L'un ET l'autre, PAS l'un OU l'autre

Please reload

Diplômes :
Diplôme d'état de Diététicienne Nutritionniste,  académie de Paris
Naturopathie appliquée à la nutrition, Paris
Soins    corporels Californien et autres, Paris
Esthétique Cosmétique,  académie Pays de la    Loire
Approche psychanalytique et anthroposophique
Mon histoire, mes recherches, mon caractère passionné.
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now